L’obsolescence programmée qu’est-ce que c’est ?

obsolescence-programme

Télévisions, machines à laver, aspirateurs, appareils électroménagers connectés, ordinateurs, PS, consoles vidéos, téléphone etc., les appareils high-tech remplissent les ménages. Outre la soif de la nouveauté, ces appareils deviennent incontournables à notre quotidien mais force est de constater qu’ils ont une durée de vie de plus en plus courte. On parle ici de l’obsolescence programmée des appareils électroniques. En d’autres mots le phénomène de limitation de durée de ces appareils. Et celui-ci ne date pas d’hier. Décodage de ce phénomène.

Histoire de l’obsolescence programmée

La société anonyme Phoebus, créée à Génève en 1924 est la première à appliquer cette méthode. Ce cartel réunit Philips, General Electric et Osram. Le principe est simple : il s’agit d’imposer une durée de vie aux ampoules à incandescence à 1000 heures. Le groupe a décidé ainsi de mettre des amendes à des sociétés qui continuent à produire des ampoules qui durent plus de 1500 heures. Leur stratégie a réussi car après deux ans, la limite des ampoules des producteurs est de 1500 heures avant de tomber à 1000 heures.

C’est quoi au juste ce terme rébarbatif ?

Cette technique consiste à l’introduction d’une faille dans la production de l’appareil. Ce qui entraîne sa panne à un moment précis et ce indépendamment de l’utilisation du consommateur. Il se peut que le produit soit « retraité » après un certain temps d’utilisation mais dans le pire cas, il pourrait rejoindre la casse au bout d’un mois. L’objectif de cette manipulation n’est pas difficile à comprendre. En premier lieu, les fabricants visent à leur bénéfice. Si les appareils ne rendent jamais l’âme et que les consommateurs n’achètent plus de nouveau, ils vont rapidement fermer leur porte. Mais dès qu’un produit tombe en panne, on se précipite à en acheter un autre, plus performant. Et évidemment à un coût plus cher, mais un appareil récent, « ça vaut le budget ». Le cycle de la consommation de la population doit ainsi être entretenu sinon le marché ne sera pas bénéfique.

Obsolescence-programme-maison

Les différentes sortes d’obsolescence programmée

Notons d’abord que les imprimantes, les télévisions, les machines à laver viennent en tête des appareils programmés qui se détériorent au bout d’un certain temps d’utilisation. Les consommateurs jettent à la poubelle ces appareils électroniques pour plusieurs causes. Il y a ceux qui sont irréparables. Cela arrive quand une pièce maîtresse ne peut pas être réparée. Et donc on ne peut plus utiliser l’appareil. On retrouve également des appareils à la casse pour incompatibilité. Le fabricant n’a pas fait la mise à jour du modèle. Et la nouvelle génération n’utilise pas les mêmes accessoires. Il y a aussi de cas où le fabricant ne produit tout simplement pas de pièces de rechange. Quand on est assez débrouillard et on arrive à identifier la cause de la panne, on a beau chercher partout la ou les pièces défaillantes, elles sont tout simplement absentes dans les rayons du marché. On est alors obligé de se débarrasser de ces appareils high tech. Enfin, il y a la course à l’innovation. Les avancées technologiques permettent d’offrir des appareils high tech plus pratiques et avec plus de fonctionnalités. Les consommateurs passent alors rapidement à l’achat, la publicité sait aussi exploiter et entretenir cette tendance.